top of page

5 choses à ne plus faire en 2023 en tant qu’employeur

Dernière mise à jour : 1 mai 2023


Pour le fun, et parce que c’est drôlement pertinent, j’ai pensé vous partager


les anti-tendances présentées par Sarah et Jimmy dans notre épisode de podcast hors-série du 5 janvier dernier (cliquez sur la l'image si vous préférez la version vidéo!)


Vous aspirez à devenir – ou à demeurer – un employeur de choix? Alors ne vous arrêtez pas ici.


Cet article n’a rien de scientifique.

Il décrit plutôt le feeling général de l’équipe de La Talenterie en ce début d’année. Mais ces impressions se basent sur :

On va se le dire... c’est quand même un feeling bien avisé! 😉



Pour commencer, parlons de proposition de valeur aux talents

Nos « anti-tendances » visent bien sûr la proposition de valeur aux talents, puisque c’est notre dada. Mais c’est quoi, au juste, la proposition de valeur aux talents (PVT)?


C’est tout ce que l'organisation offre aux personnes qu’elle embauche, en échange de leur talent, leurs compétences et leur temps. En gros : la rémunération, les conditions de travail, les programmes de santé mieux-être, les chemins de carrière et la culture d’entreprise.


Évidemment, la PVT n’est pas la même partout et c’est pourquoi il est si important de s'y attarder. Dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre, c’est l’aspect sur lequel chaque organisme devrait se pencher sérieusement pour se démarquer dans son marché et pour arriver à mieux séduire et retenir ses talents. Parce qu'être un employeur de choix, ça va au-delà d'une approche marketing réussie (même si cela demeure important).


Les voici donc, ces « anti-tendances » ! Nous espérons qu’elles vous aideront à éviter d’ennuyeux faux pas.



1. Forcer le travail au bureau ou en mode télétravail à 100 %

Présentiel? Virtuel? Depuis la pandémie, le dilemme se pose dans un grand nombre d’organisations. Du moins, dans celles où le mode hybride a pu être testé.


Nous savons maintenant que chaque mode de travail comporte des avantages et des inconvénients. Mais en vous accrochant à l’un ou l’autre exclusivement, vous aurez bien du mal à rejoindre la majorité de vos talents.


Nous vous conseillons donc d’opter pour la flexibilité tout en érigeant un cadre clair. Car sans règles formelles, la motivation des troupes sera plus ardue.



2. Négliger l’écoute ou la communication

100 % de vos talents sont des êtres humains !

Si cette citation un peu vide dans le podcast nous a bien fait rire, reste qu'il convient de se rappeler que tout être humain a besoin d’être informé et entendu. C’est le nerf de la guerre pour bien connecter.


Vous n’avez pas le temps ou le luxe de consulter vos équipes pour une décision particulière? Prévoyez quand même un moment pour les écouter et les informer. Politique de porte ouverte, lors d'un 5@7, via un sondage ou des focus group : il y a certainement un moyen qui conviendra à votre contexte!


D'ailleurs, lorsqu'on conduit des sondages en entreprise, on a généralement un taux de participation au-delà de 75 % (ça peut même aller jusqu’à 95 %). Les talents souhaitent donner leur avis quand il est question de leur rémunération, de leur carrière ou de leur avantages sociaux... C’est bien normal : ces questions ont un impact direct sur leur qualité de vie!



3. Imposer un horaire fixe sans raison valable

Aujourd’hui, la majorité des organisations offrent de la flexibilité dans leurs horaires. Et pourquoi pas? S’il n’y a pas de réelles contraintes, il n’y a aucune raison de tout contrôler.


Quand on pense que la pénurie de main-d’œuvre durera certainement jusqu’en 2036, ce n’est vraiment pas le moment de prendre un break du côté de la flexibilité. Sinon, vous serez vite dépassés!



4. Croire que les gens ne parlent pas de rémunération entre eux

Au cas où vous l’ignoriez, vos talents n’hésitent généralement pas à comparer leurs atouts, autant entre eux qu’avec d’autres personnes dans leurs créneaux, en plus de chercher l’information sur Internet.


Vous préférez censurer? Soyez certains que, tôt ou tard, vos talents trouveront l’info qui les intéresse (du moins, le croiront-ils). Disons simplement que les sources d'information sont tout aussi variées que leurs niveaux de fiabilité.


L’ennui, c'est que ceci influence la perception que les talents ont de leur PVT. Quand on sait que la valeur perçue peut être plus forte que la valeur réelle, mieux vaut choisir d’être transparent.



5. Faire la carpe sur le développement durable, la diversité, l’équité et l’inclusion

Selon les données observées dans nos sondages, jusqu’à 80 % des personnes à l’emploi valorisent ces éléments, peu importe leur tranche d’âge. Bien sûr, l'intérêt et le niveau d'importance varient grandement d'une organisation à l'autre, et d'un individu à l'autre.


Tandis que certaines personnes souhaitent simplement que l’organisation s’en préoccupe, d’autres aimeraient carrément qu’elle base ses décisions dessus, au risque d’entraîner des coûts supplémentaires. Par exemple, il n'est pas rare qu'une importante proportion des talents soit ouverte à payer des primes d’assurance collective un peu plus élevées, s'il le faut, pour que l'employeur sélectionne un assureur ayant de bonnes pratiques en ce sens.

Spoiler alert : en réalité, il arrive très souvent que les coûts soient similaires, voire plus avantageux en faisant affaire avec un fournisseur soucieux de son impact sociétal.

Selon le baromètre de la confiance d'Edelman en 2022, 55 % des canadiens choisissent leur employeur en fonction de leurs valeurs. 78 % s’attendent à ce que leur employeur « se positionne publiquement sur les politiques publiques ou sur le travail fait par leur entreprise pour le bien de la société ».


Plus surprenant encore, 54 % s'attendent à ce que le chef de leur enteprise « se positionne sur des enjeux sociaux et politiques controversés qui leur tiennent à coeur ».


En passant, ce point sur le développement durable, la diversité, l’équité et l’inclusion est nettement notre « anti-tendance coup de cœur ». Selon nous, elle devrait se trouver en tête de liste! Mais, patience, le marché n’est pas tout à fait rendu là ;)


Changer le monde…

Pour finir, il est tout de même inspirant d’apprendre que la tendance de fond qui ressort des observations de l’équipe de La Talenterie, c’est la volonté de se donner le pouvoir de changer le monde un pas à la fois, chacun à sa mesure.


Et j’ajouterais que, désormais, le mot d’ordre est : FLEXIBILITÉ.


Alors, vous embarquez?




Besoin d'aide pour moderniser vos pratiques? On est là pour ça ! Nous écrirePrendre rendez-vous


Vous avez aimé cet article de La Talenterie ? Inscrivez-vous à notre infolettre mensuelle :)






Comments


bottom of page