Trucs concrets pour stimuler la créativité d’équipe

Dernière mise à jour : 6 sept.

La créativité est un élément essentiel pour toutes les entreprises, quels que soient leur forme, taille, nombre d’années d'existence, culture organisationnelle ou secteur d'activité. D’ailleurs, elle ne se limite pas aux équipes dites « artistiques » (comme la communication ou le marketing), bien au contraire!


La créativité étant au cœur de l’innovation, elle est indispensable pour s’adapter aux nouvelles technologies, répondre à l’évolution des marchés, saisir de nouvelles opportunités et conserver un avantage concurrentiel - sans compter son impact positif sur les équipes de travail. Or, comme il s’agit d’un concept un peu abstrait, il peut sembler difficile de créer un climat de travail qui soit propice à la créativité en continu.


Voici donc quelques exemples d’actions à mettre en place pour libérer la fibre créative de vos collaborateurs et transformer votre entreprise en mini-incubateur d’innovation (OK, c’est un brin exagéré, mais cet article contient de vrais bons trucs ;).


Dynamisez vos séances de remue-méninges

Lorsqu’elle se déroule adéquatement, la séance de remue-méninges en groupe favorise la pensée créative, stimule la cohésion d’équipe et peut même mener à LA solution parfaite. Cependant, il importe d’instaurer quelques règles de base, pour éviter que certains facteurs nuisent au résultat (discussion déséquilibrée, silence gênant, convergence vers la première idée émise, etc..). Plusieurs techniques et activités existent pour remédier à ce type de problèmes, dont les suivantes.


Débuter par une activité « brise-glace »

Celle-ci permet aux participants d’un groupe de faire connaissance et de créer des relations. L’objectif est de mettre les participants à l’aise, de faciliter les interactions et de créer de l’engagement en prévision de la séance de remue-méninges à venir. Sous sa forme la plus classique, il s’agit d’un simple tour de table qui peut également être bonifié/revisité pour aller chercher de l’information sur l’état d’esprit des participants. Vous pourriez, par exemple, demander à chacun de se définir selon le concept d’ESVP (de l’anglais - explorer, shopper, vacationner and prisoner) :

  • Explorateur Désireux d’apprendre et de participer le plus possible.

  • Acheteur Sera satisfait de quitter la séance avec de la nouvelle information, si elle est utile.

  • Vacancier Peu intéressé mais content d’assister pour briser la routine quotidienne.

  • Prisonnier Préférerait vraiment être ailleurs.


L’activité brise-glace permet ainsi de créer des relations et peut aussi servir de méthode pour cibler des objectifs à atteindre (p.ex faire passer les gens de la posture de prisonnier à celle d'acheteur).


Se forcer à adopter différents points de vue

Cela est idéal pour limiter le recyclage d’anciennes idées et pour identifier les points forts et les points faibles d’une proposition. Une excellente méthode pour y parvenir est celle des « six chapeaux de la réflexion », mise au point par Edward de Bono.


En bref, la méthode consiste à adopter différents points de vue, chacun symbolisé par la couleur d’un des chapeaux. Par exemple, le chapeau blanc est celui de la neutralité, des informations et de la rationalité, tandis que le chapeau rouge est celui de la passion et des émotions.


Cette approche est particulièrement efficace, car elle incite les participants à prendre du recul et à observer une situation donnée sous six angles différents. Elle permet donc de faire émerger des solutions innovantes et réalistes, en plus de relever des angles morts insoupçonnés.


Essayer le rolestorming

Il s’agit d’une forme ludique de remue-méninges qui implique le jeu de rôle. Un précédent article de La Talenterie démontrait déjà comment l’improvisation pouvait être un facteur de créativité en entreprise pour réfléchir en dehors du cadre habituel.


Au cours d’une séance de remue-méninges, les participants peuvent représenter des situations et jouer différents rôles (par exemple, un échange tendu avec le service à la clientèle, la vente d’un produit ou d’un service, ou encore une situation de coaching entre un gestionnaire et un talent).


L’objectif peut être, par la suite, de lier les éléments fictifs à ceux vécus en entreprise, puis de suggérer des points d’amélioration ou de soulever des observations. Sur la base des constats qui seront ressortis du jeu de rôle, les participants peuvent proposer de déployer des actions spécifiques comme, par exemple, ajouter de l’information plus détaillée sur les produits/services à un pitch pour augmenter les chances de conclure des ventes.


Faites de la créativité un élément central de votre culture d’entreprise

Tout comme les méthodes de travail agiles, la flexibilité ou même l’apprentissage d’un nouveau logiciel, la créativité d’équipe est une posture qui, pour être pérenne, doit s’incarner dans les valeurs organisationnelles de l’entreprise au quotidien.


  • Installer une boîte à idées Une simple boîte pour recueillir les idées et suggestions de vos collaborateurs. Veillez à désigner une personne chargée du suivi et du retour des idées auprès des employés. Ainsi, vos équipes se sentiront impliquées et à l’aise de contribuer de façon régulière. Autre astuce : pour ne pas laisser en reste certains collaborateurs qui travaillent hors des locaux de l’entreprise, vous pouvez mettre en place une boîte à idées virtuelle grâce à des outils comme Diboks.

  • Organiser des concours d’innovation internes et hackathons À l’instar des réunions de rentrée ou des partys de fin d’année, pourquoi ne pas dédier une journée par an autour d’un défi et amener vos collaborateurs à proposer une solution qui sera ensuite mise en œuvre ? En plus de fédérer vos équipes autour d’une problématique réelle de l’entreprise, l’organisation de ce type d’événement remplit aussi une fonction de teambuilding. Puisqu’il s’agit ici de concours, il sera important de reconnaître les idées suggérées et de les récompenser le cas échéant (attention aux pratiques du genre : « on prend vos idées, on les rentabilise, et on ne vous donne rien en retour »).

  • Proposer des activités de teambuilding créatifs Pourquoi ne pas amener les membres de votre équipe à révéler d’autres facettes de leur personnalité en ayant recours à des formes d’expression non verbales? Vous pouvez, par exemple, offrir un atelier artistique visant à la création d’une œuvre commune (tableau, fresque, vidéo, ou même chorale). Une façon ludique de souder vos équipes!

Encouragez la créativité de l’individu

Certaines personnes semblent disposer d’un sens créatif inné (c’est souvent le cas pour les talents faisant carrière dans des domaines artistiques, de graphisme ou de communication – mais pas seulement!) tandis que d’autres auront besoin de travailler sur cette compétence pour la mobiliser. Dans les deux cas, il est très important de donner l’espace nécessaire à la personne pour que la créativité de chacun puisse s’exprimer.


  • Protéger les périodes de « deep work » Approche théorisée par le professeur américain Cal Newport, il s’agit de dédier des plages horaires pour se concentrer sur du travail « de fond », en solitaire. Dans la pratique, on planifie à l’avance une plage horaire pour accomplir une tâche spécifique, on indique que l’on ne doit pas être dérangé, puis on coupe tous les stimuli pouvant nous déconcentrer – comme les alertes avisant de l’arrivée d’un nouveau courriel. À l’échelle de l’entreprise, on peut instaurer une règle qui, par exemple, interdit ou déconseille les rencontres le vendredi matin.

  • Respecter le « flow » des collaborateurs Par « flow », on entend le processus créatif qui anime vos collaborateurs et les aide à entrer dans la « zone créative/productive ». Si votre graphiste Agathe a besoin d’écouter des chants grégoriens pour finaliser le rapport trimestriel d’activités, ou que son collègue Sacha a besoin de faire des croquis pour repenser la structure du site web… ne polissez pas ces attitudes! Assurez-vous plutôt qu’iels puissent les exprimer sans déranger leurs autres collègues en autorisant l’usage de casques d’écoute ou en disposant d’un bureau avec des tableaux blancs.

En passant, saviez-vous que la musique ou les bruits blancs peuvent avoir un effet important sur notre état d’esprit? 

Des applications mobiles comme Brain.Fm permettent de choisir une trame sonore en fonction de ce qu’on cherche à accomplir (se concentrer, relaxer, dormir, méditer). Il y a même plusieurs choix dans chacune des catégories (p.ex : se concentrer … pour faire du « deep work », pour créer, pour lire…).

  • Laisser de la flexibilité dans les horaires On vous a déjà vanté à plusieurs reprises les bienfaits de la flexibilité en entreprise (ici et ici), qui permet aux collaborateurs d’avoir plus de contrôle sur leur gestion du temps, de leurs obligations personnelles et de leurs priorités professionnelles. On peut ajouter à cela la possibilité de travailler en suivant le rythme de son cycle circadien, c’est-à-dire les moments de la journée pendant lesquels on a plus ou moins d’énergie. Si l’on se fie aux définitions du docteur Michel Breus (faites le test ici!), les chronotypes « Loup » sont plus productifs en fin de journée tandis que les chronotypes « Lion » sont plutôt du matin. En permettant aux collaborateurs de travailler selon le rythme de leur horloge interne, vous leur permettez surtout d’optimiser leur temps et organiser leur horaire de la façon la plus stratégique possible.


  • Cultiver les temps de pause... et pourquoi pas une sieste! Eh oui, parfois se couper du travail pendant quelques instants peut être particulièrement bénéfique. Ces pauses permettent au cerveau de se recharger pour se replonger dans la tâche par la suite avec un œil neuf et de nouvelles perspectives. Prendre un pas de recul, que ce soit en prenant des jours de congé, en méditant ou même au détour d’une balade au clair de Lune dans un verger peut même faire émerger des idées totalement révolutionnaires comme cela a été le cas pour Isaac Newton et la théorie de la gravitation universelle. Vous voudrez peut-être carrément encourager les siestes au travail, comme le suggère l’excellent article « Dormir su’a job », de Nucléi Conseils.

Le mot de la fin

Avec des collaborateurs créatifs, votre entreprise sera mieux équipée pour répondre aux opportunités du monde du travail, qui est en profonde transformation à l’heure actuelle.


Instaurez de bonnes pratiques, en fonction de ce qui cadre avec la réalité unique de votre entreprise. Si vous tentez quelque chose de nouveau et que ça ne fonctionne pas, profitez des échecs pour apprendre et ainsi améliorer vos chances de succès pour la prochaine fois.


Après tout, il a bien fallu à Thomas Edison et son équipe plus de 1000 essais avant de réussir à perfectionner l’ampoule électrique, alors donnez-vous une chance!



Vous avez aimé cet article de La Talenterie? Inscrivez-vous à notre infolettre mensuelle :)