• Sarah Jodoin-Houle

L’impro au boulot

Cet article a été écrit en collaboration avec Vinny François, Co-fondateur de Improfessionnels


Si vous avez déjà vu un spectacle d’improvisation, vous savez que ça peut être un moment plein d’émoi, d’étonnement et de rires. Il n’y pas de script, pas de plan de match ou de structure à laquelle se rattacher. Tout est construit sur scène, directement sous les yeux du public. L’impro, c’est l’art de l’instant présent. C’est la capacité à lâcher prise pour s’adapter à un contexte changeant, en synergie avec ses partenaires de jeu. C’est être conscient du public qui nous observe, pouvoir le lire et le surprendre… sans s’arrêter pour se juger.

Impressionnant, quand même, non?

… pas tant que ça!

Parmi les non-initiés, plusieurs ont un sentiment de vertige à l’idée de se retrouver sur scène, sans objectif clair à rencontrer, sans texte. Pourtant, sans qu’on s’en rende forcément compte, ces situations arrivent fréquemment dans le monde du travail. Une question champ gauche qu’on n’a pas vu venir lors d’une présentation, un collègue qui nous déstabilise complètement, le besoin d’avoir une idée géniale pour régler un problème pressant : les situations où on est amené à improviser dans un contexte professionnel ne manquent pas.

Ainsi, les compétences mêmes qui permettent aux joueurs de créer un spectacle à partir de rien peuvent être appliquées au travail.

La trousse de compétences de l’improvisateur

Les compétences de base en improvisation sont à la fois simples et exigeantes : écouter, collaborer, assumer, créer et savoir raconter. Le fait d’écouter et de collaborer nous amène à se connecter aux autres, assumer travaille notre résilience, tandis que le fait de créer et de raconter font exercer un muscle trop souvent au repos... notre imagination.


  • Écouter : Le fait de travailler sur notre écoute comporte plusieurs avantages. Lorsque nous nous montrons à l’écoute, nous devenons plus perceptifs et nous nous ouvrons à tout un monde d'idées et de façons de penser différentes. Cela nous force à ralentir, à intégrer, à prendre le temps de réfléchir. Sans compter que, lorsque nous écoutons, nous prenons le temps de mieux connecter avec les autres, et sommes plus disposés à collaborer avec eux. Bien qu’on ait tous l’impression d’avoir acquis cette compétence, la réalité est que, dans un monde en constante turbulence, peu de gens maîtrisent vraiment l’art de l’écoute.

  • Collaborer : En impro, on brille en faisant briller les autres. Pour construire des scènes intéressantes, les joueurs doivent se faire confiance, travailler dans la même direction et substituer leur ego au profit de l’histoire. Ainsi, plus on donne d’occasions à nos partenaires de se montrer intéressants ou drôles, plus la scène le sera. N’y a-t-il pas de beaux parallèles à faire là avec le travail d’équipe et la collaboration au travail?

  • Assumer : The show must go on, comme on dit. En improvisation, il n’y a pas d’erreur - il n’y a que des opportunités. Un personnage sonne faux? Le comédien s’enfarge sur scène? Il y a une petite confusion dans l’histoire? Peu importe la situation, il y a moyen de s’en servir à son avantage - à condition de l’assumer pleinement et d’y aller à fond. D’ailleurs, il arrive que les meilleures scènes soient le fruit « d’erreurs », poussant les comédiens à explorer de nouvelles avenues. Inspirant, non? On pourrait dire la même chose au travail. N’oublions pas que nous devons le slinky, la pénicilline, les chips et le savon qui flotte aux erreurs de travailleurs. ;)

  • Créer : Il n’est pas toujours évident de se montrer créatif. Une fois adulte, notre cerveau a créé tout un tas de schèmes de pensées qui nous font associer une idée à une autre, automatiquement. Être créatif, c’est tenter de briser ces schèmes mentaux et réfléchir en dehors du cadre habituel. Think outside the box, comme on dit. L’improvisation défie le quotidien et nous amène à regarder les choses d’un œil nouveau, au lieu de retomber dans la routine et les mêmes « vieilles » solutions.

  • Savoir raconter (le storytelling) : Les gens aiment entendre et raconter des histoires. Le fait d’adopter une forme narrative dans nos communications les rendent plus intéressantes, en plus d’améliorer la compréhension et la rétention de l’information. En ce sens, l’improvisation peut nous aider à bâtir des rapports et des présentations plus efficaces, et faciles à comprendre. Un outil puissant pour interpeller, engager et convaincre un auditoire!

Les compétences travaillées en improvisation peuvent toutes être appliquées au monde du travail. Que ce soit pour améliorer son sens de la répartie, stimuler la collaboration ou libérer notre créativité avant une séance de remue-méninges, les exercices d’impro sont autant de façons amusantes de connecter avec les autres, et d’améliorer nos façons de faire au travail.


Pour télécharger notre aide mémoire :

Competences en improvisation
.
Download • 67KB

Un exercice tout simple pour vous initier

Essayez de raconter une histoire, une phrase à la fois! En groupes de 2 à 4 personnes, travaillez ensemble à construire une trame narrative unique.

  • Une personne commence l’exercice en disant « Il était une fois... » et complète la phrase en présentant le personnage principal de l’histoire. Par exemple : « Il était une fois un pompier ».

  • La personne suivante poursuit l’histoire avec une deuxième phrase, présentant une action. Par exemple, « Il avait entendu une alarme, et s’était rendu au camion de pompier. »

  • La personne suivante ajoute une phrase, et ainsi de suite. Chacun ajoute son grain de sel à l’histoire, jusqu’à ce que le groupe s’entende pour dire que l’histoire est complète, après une (ou plusieurs) ronde(s). L’idéal est de garder les phrases courtes et simples pour éviter de compliquer inutilement les choses.

En plus d’être divertissant, cet exercice nous apprend à écouter ce qui vient juste de se dire et à faire preuve d’imagination pour continuer l’histoire. Et le plus beau, c’est que comme il s’agit d’une histoire inventée… il n’y a pas de mauvaise réponse!

Pour aller plus loin

L’improvisation s’avère efficace dans les contextes où les participants peuvent se sentir bien, en sécurité et engagés. Or, parce qu’il existe des exercices et des types d’ateliers pour pratiquement tous les contextes, il peut être avisé de vous adresser à un professionnel avant de mettre en place ce genre d'initiative dans votre organisation. Celui-ci vous aidera à cibler vos besoins et ceux de votre groupe, et pourra vous bâtir un (ou des!) atelier(s) sur mesure.

Curieux? Il existe une boîte à Montréal qui se spécialise dans l’impro au boulot :

http://www.improfessionnels.com/

Pourquoi ne pas libérer l’imagination créative de votre équipe et développer vos compétences transversales, tout en faisant un brin de teambuilding?



Vous avez aimé cet article de La Talenterie et Improfessionnels ? N’hésitez pas à le partager! :)

Contact

Vous souhaitez brainstormer sur un projet ou un enjeu lié à vos communications internes, votre marque employeur ou vos ressources humaines? 

La Talenterie

1-3435 La Fontaine
Montréal, QC

H1 W 1T8

 

Courriel : Sarah@latalenterie.com

Téléphone : 514-995-7840 

  • La Talenterie (LinkedIn)
  • La Talenterie (Facebook)
  • La Talenterie (Instagram)

© 2020 par La Talenterie

Vous préférez nous écrire?